Archives de catégorie : Actu locale

Canton de La Flèche : Soutenir et amplifier le score de la gauche

Lundi 23 mars 2015, La Flèche
« Vous avez placé la gauche en tête du premier tour sur le canton de la Flèche en accordant votre confiance à Nadine Grelet-Certenais et Laurent Hubert.
Ils sont les mieux placés pour relayer les aspirations des habitants de La Flèche et du Pays Fléchois au conseil départemental. Déjà à l’écoute de la diversité du monde associatif, des élus locaux, et des acteurs locaux qui portent la dynamique du territoire, ils continueront d’appuyer vos initiatives. 
Lorsque la tentation du repli et du rejet est forte, il faut porter plus fort encore les messages de solidarité, d’entraide et de proximité.
Progressistes, ils porteront en Sarthe ces exigences exprimées par notre territoire à la fois rural et urbain.
Je vous invite donc à leur renouveler votre soutien et à amplifier leur score lors de ce second tour. »
Guy-Michel Chauveau, député-maire de La Flèche, président de la communauté de communes du Pays Fléchois.

 

Rencontre CGT Gastronome

CICE : un débat nécessaire pour plus de transparence et un meilleur suivi des aides

Vendredi 14 novembre 2014, La Flèche

L’amendement « Gastronome »[1] déposé par Guy-Michel Chauveau pour demander le remboursement du CICE par les entreprises qui ferment des sites rentables ou augmentent leurs dividendes a été discuté en séance de l’Assemblée nationale ce jeudi 13 novembre (voir ci-dessous). Des amendements similaires étaient déposés par M. Michel Ménard et Mme Monique Rabin (députés PS de Loire-Atlantique), confrontés à une situation équivalente à l’usine SEITA de Carquefou.

À l’issue du vote, les amendements visant à empêcher le détournement de l’usage du CICE ont été rejetés par l’Assemblée nationale. Pourtant, le débat engagé n’aura pas été vain au sujet de la transparence des aides, de leur suivi et de la nécessaire évaluation du CICE.

À plusieurs reprises au cours du débat, il aura été fait mention des obligations de transparence et de visibilité de l’usage du CICE dans les documents comptables des entreprises. La discussion a également mis en évidence le besoin urgent de renforcer le dialogue social dans les entreprises et au niveau des branches : les modalités du suivi de ces aides publiques doivent être précisées par l’exécutif. Il est indispensable que les comités de suivi régionaux, prévus par le texte initial, soient mis en place dans les semaines qui viennent, pour que les partenaires de l’entreprise, y compris les organisations syndicales, puissent tirer le bilan des premiers exercices du CICE.

Enfin, l’évaluation du CICE, engagée par une mission d’information et par la publication du rapport d’information[2] de M. Yves Blein (député PS du Rhône) doit se poursuivre : le Parlement est dans son rôle quand il contrôle ou corrige le cadre fiscal des entreprises. Loin de déstabiliser les entreprises bénéficiaires du CICE, cette démarche doit conforter les efforts entrepris par la majorité pour augmenter la compétitivité internationale de notre industrie.

Le député-maire de La Flèche,
Guy-Michel Chauveau

Rencontre avec la délégation CGT de Gastronome
La semaine passée, j’ai rencontré, à ma permanence parlementaire, une délégation de salariés de l’usine Gastronome de Luché-Pringé (groupe Terrena, découpe de volailles, conditionnement de plats cuisinés) dont la fermeture a été annoncée par la direction au mois d’octobre dernier. Les salariés et leurs représentants sont en phase de négociation du « Plan de Sauvegarde de l’Emploi » (PSE) qui doit mettre un terme à l’activité sur ce site (165 emplois concernés).

Les salariés et leurs représentants avaient déjà pu manifester leur incompréhension à l’idée que l’entreprise Gastronome percevrait une aide publique au titre du Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) alors même que leurs emplois étaient supprimés.

Après discussion avec les salariés, j’ai décidé de déposer un amendement lors de la loi de finances pour 2015, actuellement en débat, permettant à l’État de demander le remboursement des aides attribuées au titre du CICE « lorsqu’elles entraînent soit l’augmentation des dividendes ou de la rémunération des actionnaires, soit la fermeture d’entreprises ou d’établissements rentables ».

 

[1] http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2234C/AN/708.asp

[2] http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i2239.asp

Usine Gastronome Luché-Pringé. Photo Le Petit Courrier L'Écho de la Vallée du Loir

Fermeture de Gastronome (Luché-Pringé) : incompréhension et soutien de Guy-Michel Chauveau

Communiqué de presse

Fermeture annoncée de Gastronome à Luché-Pringé :
Guy-Michel Chauveau témoigne de son incompréhension et apporte son soutien aux salariés

Mercredi 8 octobre 2014, La Flèche

La direction de l’entreprise Gastronome (groupe Terrena) vient d’annoncer au personnel de Luché-Pringé son projet de fermeture de l’usine. Tout l’effectif (165 salariés) du site de découpe de volaille serait menacé par cette fermeture, si aucun repreneur ne se fait connaitre.

Guy-Michel Chauveau, député de la Sarthe, souhaite d’ores et déjà apporter son soutien à l’ensemble des salariés concernés : « La fermeture ne saurait être la seule issue envisagée pour cette usine et ses salariés. Le groupe Terrena a réalisé dernièrement des investissements lourds qu’il n’a pas pris le temps d’amortir ».

Cette annonce dramatique vient aggraver un peu plus la situation de l’emploi sur le territoire du sud Sarthe : « Après les fermetures de Belipa, Candia et Harman, la défaillance de Gastronome porterait un nouveau coup à notre territoire. Des mesures exceptionnelles doivent être engagées par l’État, la Région des Pays de la Loire et le Département de la Sarthe en soutien à la sauvegarde de l’activité à Luché-Pringé ».

Cette annonce de fermeture dans une filiale de Terrena intervient dans un contexte pourtant porteur pour le groupe coopératif, classé au 15e rang international. Si le marché de la dinde connait une conjoncture défavorable, l’usine Gastronome de Luché-Pringé avait réalisé des investissements importants dernièrement afin d’honorer un contrat avec la chaîne de restaurants KFC. Par ailleurs, le groupe Terrena affiche une santé économique globale plutôt satisfaisante : en 2013, le groupe a amélioré de 52,9 % son excédent brut d’exploitation, porté à 91,7 millions d’euros.

Le député-maire de La Flèche,

Guy-Michel Chauveau

Photo : Le Petit Courrier L'Écho de la Vallée du Loir
Comice Bazouges 2013

Comice agricole : branchez-vous sur les circuits courts !

Mercredi 27 août 2014, La Flèche

En cette fin de semaine le Comice agricole du canton de La Flèche  se tiendra à La Monnerie : j’invite tous les habitants du Pays fléchois à rendre visite aux professionnels du monde agricole réunis pour ces deux journées de fête.

Au-delà de l’image traditionnelle du monde agricole, c’est une occasion unique de découvrir les multiples facettes du secteur agricole. La Vallée du Loir est emblématique de cette diversité. Éleveurs de races à viande, producteurs laitiers, horticulteurs ou forestiers, dresseurs ou moniteurs équestres, ces nombreux métiers sont implantés aux portes de notre ville, ils en façonnent le paysage. Saisissons cette opportunité pour échanger avec ces femmes et ces hommes passionnés, pour mieux connaitre leur quotidien.

Un couple d'horticulteurs fléchois, rencontré sur le marché d'Écommoy au printemps 2013, propose ses plants de laitues et tomates.

Un couple d’horticulteurs fléchois, rencontré sur le marché d’Écommoy au printemps 2013, propose ses plants de laitues et tomates.

Ce comice doit aussi être l’occasion, pour les Fléchois, de réfléchir à leurs habitudes alimentaires : depuis quelques années, les producteurs locaux redessinent les étals des métiers de bouche ou proposent leurs produits en vente directe. Le grand public trouve ainsi une alimentation de qualité, locale. Les collectivités se joignent à ces achats et permettent aux producteurs de commercialiser leur production à des tarifs concurrentiels. Les intérêts de ces circuits courts sont évidents : qualité, soutien aux filières et emplois locaux, prix, transports économisés… et un vrai lien social entre citoyens-consommateurs et citoyens-paysans. C’est tout le sens de la démarche accompagnée par le Conseil de développement de la Vallée du Loir, qui aide à la structuration de cette filière aux côtés des agriculteurs. À l’occasion de ce comice fléchois, rendons leur cet hommage.

Le député-maire de La Flèche,

Guy-Michel Chauveau

Rassemblement des salariés d'Harman le 22 mai 2014 à Château-du-Loir

Fermeture d’Harman : le groupe bénéficiaire doit assumer de déserter Château-du-Loir

Samedi 5 juillet 2014, La Flèche

Ces dernières semaines, depuis l’annonce brutale de la fermeture de l’usine Harman-Becker à Château-du-Loir, de nombreuses réactions d’incompréhension et d’inquiétude ont vu le jour.

Une délocalisation boursière qui ne passe pas

Guy-Michel Chauveau, député de la circonscription, partage l’incompréhension, voire la colère, éprouvée par les ouvrières et les ouvriers de cette usine : la justification économique avancée par la société pour délocaliser leurs emplois vers des pays à bas coût n’est pas fondée. « La part salariale dans le prix de revient des composants acoustiques d’une berline de luxe est négligeable au regard de son prix de vente ». Cette motivation d’économies masque en réalité une stratégie financière du groupe Harman pour augmenter la part des profits reversés en dividendes à ses actionnaires. Ceux-ci ont déjà doublé en 2013.

Cette incompréhension est partagée par de nombreux élus locaux : plusieurs communes du bassin d’emploi de Château-du-Loir ont annoncé, lors de vœux adoptés en conseil municipal, leur opposition à la fermeture du site. Au-delà, cette incompréhension des élus locaux se double d’une inquiétude quant aux conséquences économiques et sociales et sociales sur le tissu local.

L’impact de la fermeture doit être justement compensé

Sans intervenir dans la négociation en cours entre les représentants des salariés et la direction relative au « Plan de Sauvegarde de l’Emploi » (PSE), Guy-Michel Chauveau tient à réaffirmer la responsabilité du groupe industriel vis-à-vis du territoire concerné. « Aucun élu, aucun citoyen, aucun chef d’entreprise de la Vallée du Loir ne saurait tolérer que cette fermeture boursière entraine notre territoire dans une dépression économique. À cet égard, la direction du groupe Harman doit redoubler d’efforts en vue de la recherche d’un repreneur ; dans le cas contraire, elle devra assumer financièrement le coût du reclassement des salariés, de la revitalisation du site et de la réindustrialisation du territoire ».

Le député-maire de La Flèche,

Guy-Michel Chauveau

Photo : CC-by-nc-sa par GMChauveau. Rassemblement des salariés d’Harman le 22 mai 2014 à Château-du-Loir.

Soutien aux salariés et au territoire face aux pertes d’emploi massives à Harman (Château-du-Loir)

Jeudi 24 avril 2014, La Flèche

La direction de la société Harman International Industries vient d’annoncer qu’elle envisage la fermeture de son usine de fabrication de haut-parleurs pour l’automobile, implantée à Château-du-Loir, dans le sud de la Sarthe.

Cette décision risque de priver d’emploi 185 salariés. Les raisons qui justifient cette fermeture demeurent floues pour le moment. L’usine et la marque sont reconnues pour la qualité et l’innovation de leurs produits, pourtant les carnets de commande ne sont pas au rendez-vous.

Guy-Michel Chauveau, député de la Sarthe, tient à apporter son soutien aux salariés touchés par cette fermeture, ainsi qu’à leurs familles : « Après les pertes d’emplois déjà subies lors du plan social de 2006 (133 suppressions) et du plan de sauvegarde de l’emploi de 2008 (135 suppressions), et en dépit d’une convention de revitalisation en cours depuis 2010, ce choix industriel tourne le dos aux efforts déjà entrepris par la direction du site et les salariés ».

Plus largement, Guy-Michel Chauveau apporte son soutien aux élus et à la population castélorienne : « J’appelle l’État et les collectivités locales (Conseil général de la Sarthe et Conseil régional des Pays de la Loire) à accélérer et à amplifier le soutien au territoire déjà mis en œuvre par le dispositif « Agir pour le sud Sarthe ». Ce territoire, qui doit déjà faire face aux fermetures massives de Belipa à Écommoy, puis de Candia au Lude, doit tout entreprendre pour conserver et développer ses fleurons industriels ».

Il revient désormais aux représentants des salariés au comité d’entreprise d’étudier la pérennité d’une activité de fabrication sur le site de Château-du-Loir et à d’éventuels repreneurs de faire connaitre leur position.

À l’échelle du département, un soutien doit également s’organiser pour faire face à la fermeture anoncée de l’usine Brose, également fournisseur de l’industrie automobile, à La Suze-sur-Sarthe.

 

Le député-maire de La Flèche,

Guy-Michel Chauveau

Revitalisation des centres-bourgs ruraux : Cécile Duflot annonce un appel à manifestation d’intérêt pour accompagner les projets des territoires

Vendredi 31 janvier 2014, La Flèche

M. Guy-Michel Chauveau, député de la Sarthe, est intervenu ce jeudi 30 janvier à l’Assemblée nationale pour interroger Mme Cécile Duflot, Ministre de l’Égalité des territoires et du logement, sur le pacte rural pour l’égalité des territoires, et notamment sur son pilier lié à la revitalisation des centres-bourgs.

Séance de questions orales sans débat

Séance de questions orales sans débat

Il a rappelé les signes d’inquiétude émis par certaines communes rurales, notamment dans la Sarthe et les Pays de la Loire, quant au financement de leurs projets d’aménagement et de maintien de la qualité de vie : « de nombreux maires et équipes municipales, qui prendront bientôt leurs fonctions, tiennent à entretenir et embellir les cœurs de village, à rénover leurs logements et lieux commerciaux. Le dynamisme économique et l’attractivité de leurs territoires en dépendent ». Les élus doivent aussi faire face à la pression foncière qui s’exerce sur les terres agricoles et les espaces naturels.

Guy-Michel Chauveau s’est félicité du budget de 30 millions d’euros annoncé dans le pacte rural pour l’égalité des territoires, en faveur des contrats de bourgs et a souhaité connaitre les critères d’éligibilité à ce dispositif. Il a émis des réserves quant à un éventuel « appel à projets » trop restrictif pour les communes.

En réponse, la Ministre a fait savoir que les centres bourgs éligibles seraient sélectionnés via un appel à manifestation d’intérêt : « des critères de cadrage national permettant de repérer les centres bourgs cibles seront transmis début février […] La sélection des territoires se fera en fonction de la volonté des porteurs du projet de développer un réel projet de territoire transversal et durable.» Un accompagnement des collectivités est prévu et financé dans ce programme, ainsi qu’une aide à la pierre pour la rénovation et la création de logements sociaux.

Guy-Michel Chauveau s’est satisfait de cette annonce qui ouvre la possibilité d’une contractualisation avec les régions et les autres partenaires et qui constituera un nouvel outil de l’aménagement du territoire.

Cliquer ici pour lire le texte de la question et de la réponse.

La Flèche, Le Loir 20/12/2013

Je vous présente mes meilleurs vœux pour 2014

En 2013, le changement a été quotidien pour les Français : refondation de l’école, retour du dialogue social, mariage pour tous, nouvelle Politique Agricole Commune, création de la Banque Publique d’Investissement, soutien à l’économie sociale et solidaire. Notre modèle économique et social est conforté.

Au plan international, par l’intervention pour la stabilité au Sahel, la condamnation du régime syrien, par le soutien aux exportations vers les marchés émergents, la France a de nouveau joué son rôle.

Dans nos institutions, nous avons instauré le conseiller départemental, pour plus de parité, et l’élection directe des conseillers communautaires pour renforcer la démocratie.

En 2014, la majorité va poursuivre ce changement : loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, loi d’avenir pour l’agriculture et la forêt, loi sur la transition énergétique…
Pour plus de justice sociale, pour une économie dynamique dans le sud Sarthe, pour une France rassemblée autour du Président de la République et du gouvernement,

je vous présente
mes meilleurs vœux
pour 2014

Guy-Michel Chauveau,
député de la Sarthe

Pour voir ma carte de vœux électronique, cliquez ici.

Redécoupage cantonal : un rééquilibrage qui renforce chaque échelon territorial

Mercredi 4 décembre 2013, La Flèche

Suite à la présentation, par le Préfet de la Sarthe, du projet de redécoupage cantonal, Guy-Michel Chauveau, député et président du Pays Vallée du Loir, salue un rééquilibrage démographique et la reconnaissance du dynamisme territorial. À chaque échelon, du conseil municipal au conseil régional, c’est le rôle des élus qui en sortira renforcé. Continuer la lecture

Élevage bovin à La Flèche (photo CC-By-NC-SA par GMChauveau)

Réforme de la PAC : la priorité à l’élevage, un signe encourageant pour le sud Sarthe


Vendredi 25 octobre 2013, La Flèche

La mobilisation de François Hollande a payé : Le niveau d’aides dont bénéficiera la France au titre de la PAC a été stabilisé sur toute la période 2014-2020 : soit 9,1 milliards d’euros par an contre 9,3 milliards d’euros en 2013. Au total, 64 milliards d’euros bénéficieront aux agriculteurs français pour les 7 ans à venir.

Les négociations menées depuis le mois de mai auprès de la Commission européenne, par François Hollande et Stéphane Le Foll, ont permis de maintenir des outils nécessaires de régulation et de conforter les aides couplées qui bénéficieront notamment à l’élevage.

Cette réforme va conforter la diversité de notre agriculture, tournée vers l’avenir. La compétitivité des exploitations passera par un respect accru des enjeux environnementaux et assurera notre sécurité alimentaire, en lien avec les attentes des consommateurs.

Élevage porcin à Aubigné-Racan (photo CC-By-NC-SA par GMChauveau)

Élevage porcin à Aubigné-Racan (photo CC-By-NC-SA par GMChauveau)

Un milliard d’euros sera réorienté vers l’élevage d’ici 2019 : l’élevage est en train de régresser, et s’il venait à disparaître, de nombreux emplois seraient détruits et les céréaliers perdraient une bonne part de leurs débouchés. Il faut conserver la diversité de productions végétales et animales qui a fait la force de l’agriculture européenne et française. Sans stigmatiser les céréaliers, un rééquilibrage des aides publiques est nécessaire au profit des grandes zones d’élevage (le revenu moyen est d’environ 20 000 € par actif et par an alors qu’il a atteint 59 000 € pour les céréaliers sur les 3 dernières années).

Le « verdissement » de cette politique agricole commune est affirmé : des mesures agroenvironnementales ambitieuses permettront de combiner performance économique et environnementale (le budget de la bio sera doublé). L’installation des jeunes agriculteurs sera aussi favorisée par la majoration des aides (100 M€ sur 2 piliers de la PAC).

Guy-Michel CHAUVEAU, député du sud Sarthe, se réjouit de ces orientations : « Dans le sud Sarthe, ce soutien aux éleveurs est indispensable pour maintenir une agriculture dynamique. Elle nous permet également de conserver les prairies et zones bocagères, qui font la qualité paysagère de la Vallée du Loir : au-delà du maintien des actifs agricoles, c’est notre dynamisme touristique et notre cadre de vie qui en dépendent. Il en va de notre santé économique et de la qualité de nos assiettes. Je suis rassuré aussi de voir que les droits de plantation pour la vigne ne seront pas libéralisés.»

Le député-maire de La Flèche,

Guy-Michel Chauveau

Photo de Une : Élevage bovin à La Flèche (photo CC-By-NC-SA par GMChauveau)